« Allumez vos quinquets »

Il existe deux types de lumière : la lumière naturelle, qui nous est imposée et que nous devons maîtriser, et la lumière artificielle, que nous maîtrisons et que nous devons proposer.

La quasi-totalité des informations reçues par l’homme passent par la vision, et donc par la lumière. La lumière est bonne et fondamentale pour l’homme qui, grâce à elle, peut voir, être vu, comprendre et évoluer en sécurité dans son environnement.

L’évolution normale et nécessaire des sciences et des technologies constitue la base des solutions d’éclairages artificiels efficients, économiques et respectueux de l’homme et de son environnement.

Pilier de la transition énergétique, l’éclairage artificiel est basé sur la distribution de lumières justes, adaptées aux hommes et à leurs besoins d’usage : « la bonne lumière, où il faut, quand il le faut ».

Nous parlons ici de lumières incidentes utiles, pensées, étudiées avec soin et parcimonie par les spécialistes de la filière éclairage. Nous ne parlons pas de lumières réfléchies ou diffusées par toutes sortes de supports qui n’ont rien à voir avec l’éclairage, et que l’on se colle souvent sous le nez.

Mais la lumière se voit ! Et sous le couvert d’économies d’énergie obligatoires, ou par préjugés, des amalgames  approximatifs nous entraînent aujourd’hui sur les chemins de la menace et de la peur. Attention ! Depuis les années 50, des rumeurs de ce genre ont alimenté des fantasmes et autres histoires abracadabrantesques sur l’éclairage fluorescent qui n’ont à ce jour, abouti sur rien de sérieux dans des conditions normales d’utilisation.

Si, à ce jour, aucune étude scientifique sérieuse ne permet de mettre en question l’utilisation de cet éclairage artificiel,  l’Association française de l’éclairage, son comité scientifique, son Collège Santé et ses partenaires spécialisés ont décidé de se pencher sur tous les effets de la lumière et de l’éclairage. Ces études, qui demandent beaucoup de professionnalisme et d’objectivité, seront rendues publiques afin d’évaluer l’apport bienfaisant de l’éclairage et de préconiser des précautions particulières si nécessaires.

Alain Azaïs,

Délégué Général de l’Association française de l’éclairage