« Repenser la lumière dans la ville » – Compte-rendu de la conférence organisée par le Cluster Lumière

Patrick Clert-Girard, délégué général du Cluster Lumière, tire le bilan de la conférence organisée le 1er octobre dernier à Nantes. Le Cluster Lumière y réunissait, avec ses partenaires Nantes Métropole et l’AFE, 200 responsables des services techniques d’éclairage des villes ainsi que des acteurs de la filière de l’éclairage public. Cette journée se proposait de débattre autour de « Mieux éclairer la ville tout en maitrisant l’énergie ».

PCG : « Les enjeux sont importants dans l’éclairage urbain. Avec 9 millions de points lumineux pour une durée annuelle d’éclairage de 4 100 heures, la consommation d’électricité représente 5,5 TWh soit 1% de la consommation nationale. La consommation EP représente 48 % du budget d’électricité d’une commune. Chaque année, les communes consacrent 50 % à la rénovation et 50 % à la consommation d’électricité, pour un taux de renouvellement du parc de 3 % par an.

Face à l’incontournable augmentation du prix de l’électricité en France dans les prochaines années, pour atteindre un facteur 2 en 5 ans, il faudra réduire la consommation de la ville de 13 % par an. Ainsi il faut s’engager à gérer l’éclairage au quotidien avant de renouveler. Economiser sur l’existant et renouveler le matériel, c’est là l’une des principales conclusions tirée  de cette journée.

Les villes doivent s’engager dans un plan de progrès ambitieux où il faut s’attaquer à tout le parc, faire des investissements pertinents et pérennes, mettre en place des outils de mesure et de suivi dans le temps. Les villes doivent être dans une recherche permanente de compromis.

Pour atteindre le facteur 4 comme le préconise Philippe Badaroux, animateur du groupe EP du Cluster Lumière, il faudra créer, en plus d’une gestion de l’existant et du renouvellement, un cercle vertueux et réinvestir les économies pour accélérer le renouvellement du matériel d’éclairage. Bref, repenser la lumière dans la ville, sans perdre de vue que l’éclairage reste avant tout au service de l’homme. Ainsi, pour améliorer et adapter l’éclairage au service des usages, il faudra changer nos habitudes : éclairer mieux tout en éclairant moins, gérer l’ombre pour améliorer le ressenti des riverains. En regardant bien, beaucoup de solutions s’autofinancent en moins de 10 ans sur les économies réalisées.

Ainsi, « réduire la consommation et améliorer l’éclairage, c’est ce à quoi s’est engagé Nantes Métropole dans le cadre de son plan Climat», précise Dany Joly, responsable de l’éclairage à Nantes Métropole et Président du Centre Régional Ouest – Atlantique de l’AFE. « Avec plus de 90 000 points lumineux et une consommation annuelle de 44 GWh, le plan de progrès engagé vise à promouvoir un nouvel urbanisme intégrant la lumière tout en économisant l’énergie ».