« Nous sommes à l’aube d’une seconde révolution technique »

Interview d’Alain Le Moigne, Président du Centre Régional Normandie.  Il revient sur les enjeux de l’éclairage, ses perspectives d’évolution ainsi que sur la façon dont il a attrapé le « virus » de la lumière. 

Décrivez nous votre parcours 

Un parcours classique d’un ingénieur spécialiste des réseaux publics de distribution d’électricité. Mes fonctions passées de directeur général adjoint d’un syndicat d’énergie m’ont amené à participer activement à la mise en place d’un service mutualisé d’entretien des installations d’éclairage public. De là, mon intérêt et ma passion pour ce qui touche à la lumière et à l’éclairage

Pourquoi êtes-vous devenu membre de l’AFE ? Que représente l’AFE pour vous ?

 Il s’agit en fait d’une coïncidence bienvenue puisque la ville de Caen avait décidé en 1994 de soumettre sa candidature aux JNL. Pour ce faire, il fallait créer un Centre Régional qui n’existait pas. Mes fonctions de l’époque m’ont amené à participer à la création du Centre Normandie en collaboration avec EDF, la ville de Caen et bien sûr, le SDEC Energie. Depuis lors, je suis devenu adhérent, j’ai intégré le bureau régional, j’y ai exercé diverses responsabilités jusqu’à en assurer la Présidence .

Quelle place occupe-t-elle dans l’environnement lumière ? 

La lumière est à mon avis un enjeu majeur en ces périodes plutôt difficiles, elle participe au confort de chacun et à l’animation de notre cadre de vie. Je suis plutôt rassuré par la tournure des événements car on assiste à une prise de conscience de cet enjeu important, d’autant que nous vivons une révolution technique avec l’arrivée des LED sur le marché. Enfin, à l’heure où l’on engage de grands débats nationaux autour de l’énergie, la lumière et l’éclairage y ont un rôle essentiel à jouer en termes d’efficacité énergétique.

Pourquoi l’éclairage a-t-il du mal à intéresser le grand public ?

Là encore, je pense que les choses évoluent, on assiste à des débats intéressants autour de ce sujet. De plus, le coût de l’énergie croissant amènera de toute  façon le grand public à se positionner sur ces questions.

Pouvez-vous nous dresser un portrait de l’éclairage dans votre région ? 

L’AFE régionale mène des actions ciblées pour faire prendre conscience aux élus et aux professionnels de la nécessité d’investir dans la rénovation des installations. C’est actuellement pour nous une priorité. Le patrimoine vieillit. Qu’il s’agisse des particuliers ou des Collectivités, nous essayons de travailler avec les syndicats d’énergie, les agences de l’énergie, la CAPEB et les CCI .

Quelles sont les caractéristiques, les spécificités de l’éclairage liées à votre région ? 

En ce qui concerne l’éclairage public, le département du Calvados est un exemple à suivre. Il dispose d’un entretien mutualisé de qualité, assuré par le SDEC. Nous essayons de sensibiliser les autres départements à cette pratique. Pour le reste, nous travaillons avec les professionnels de l’éclairage et la CCI.

Pouvez-vous présenter le Centre Régional ? Qui le compose?

La création du centre remonte à 1993, à l’initiative conjointe de la ville de Caen, d’EDF et du SDEC . Nous disposons d’un comité régional variant de 20 à 22 membres et regroupons de manière globale environ 70 adhérents. Le centre s’étend sur 5 départements : la Manche , l’Orne , l’Eure , la Seine -Maritime et le Calvados. Nous essayons par conséquent de répartir nos activités sur l’ensemble de ce territoire, ce qui n’est pas toujours chose facile. Nous rassemblons des personnes de tous les horizons professionnels ,et c’est ce qui fait notre originalité : on y trouve, bien sûr, des professionnels de l’éclairage, mais aussi des enseignants, des commerçants, …

 Pouvez-vous nous dresser un portrait des actions menées par votre Centre Régional ?

Nous organisons périodiquement des conférences autour de thèmes d’actualité et à l’occasion de diverses réalisations remarquables méritant d’être mises en valeur. Nous attachons également une grande importance à la formation en organisant des stages décentralisés à la carte avec les responsables du siège de l’AFE et en entretenant des relations avec le CNFPT de Basse-Normandie. L’organisation de ces manifestations demande un investissement lourd en temps qui nécessite une assez forte disponibilité des responsables locaux et cela n’est pas toujours facile ! Nous nous intéressons également aux pratiques en matière d’éclairage d’Outre-Manche et sommes tout récemment entrés en relation avec nos homologues de l’ILP au Royaume-Uni. Nous espérons que ce rapprochement sera durable et constructif, mais là encore, cela demande une masse d’investissement non négligeable en terme de temps et de moyens .

Comment voyez-vous l’éclairage dans 10 ans ?

Nous sommes à l’aube d’une seconde révolution technique. Après les lampes SHP et basse consommation domestiques, les LED sont porteuses de nouveautés inattendues, tant sur le plan des caractéristiques techniques que sur le plan des performances énergétiques. L’avenir est rempli d’espérance et de passion pour les professionnels et le grand public !