Espace adhérent
Centres et actions > Tous les centres

Les Dbats du Collge sant

Le Collge Sant de l'AFE donnera une confrence sur la lumire et la sant, avec pour thme "Automne : baisse de lumire, baisse de vision, effets sur l'homme"

18 / 11 / 2014

Les prsentations projetes lors de la confrence sont accessibles en bas de page

3,5 millions de travailleurs de nuit, 13 millions d'employs et la quasi-totalit de la population franaise qui utilise des crans (tlviseurs, tablettes). Ces personnes sont particulirement concernes par le dficit de vision cr par le manque de luminosit pendant la priode hivernale. Un dficit qui a des impacts conomiques et sanitaires plus importants qu'il n'y parait. Si la dpression saisonnire, qui touche une personne sur six, en est la consquence la plus connue, les problmes lis la baisse de lumire, et la modification de notre vision, sont plus pernicieux. L'clairage en France, qu'il s'agisse d'clairage intrieur ou d'clairage extrieur, n'est pas adapt cette baisse de vision, puisqu'il fonctionne sur une vision diurne. Des experts de l'Etat, du corps mdical et de la recherche runis au sein du Collge Sant l'AFE vous proposent de faire le point sur les impacts de la baisse de vision sur notre quotidien et nos rythmes biologiques, ainsi que sur les moyens d'y remdier (Quels impacts sur notre sant? L'clairage public peut-il s'adapter ? Quelles consquences pour l'clairage des bureaux ?).

La vision msopique: la vision l'heure de l'hiver


En termes de lumire, l'il humain a deux missions: voir, pour exercer nos tches quotidiennes, et rguler notre horloge biologique. Une fois capts par l'il, les rayons lumineux sont convertis en signaux lectriques et agissent sur les neurotransmetteurs ds leur arrive au cerveau. (C'est par exemple l qu'est secrte la srotonine, souvent appele hormone du bonheur). Ces signaux contrlent notre rythme biologique, nos capacits cognitives ainsi que notre humeur.

L'il humain s'adapte trois scnarios lumineux: la vision photopique (vision diurne), la vision msopique (entre-deux) et la vision scotopique (nocturne). La vision photopique correspond une vision au maximum de ses capacits, alors que la vision scotopique correspond une vision son minimum. La vision msopique est celle qui est la plus difficile matriser, tant un entre-deux. Elle correspond une vision basse luminance, c'est--dire notre vision pendant la quasi-totalit de l'hiver. C'est aussi le systme enclench par notre vision avec un clairage urbain de nuit.

Rsultats: une baisse d'acuit visuelle, des restrictions du champ visuel, des diminutions des contrastes, des troubles de la vision des couleurs, une mauvaise apprciation des distances et de la situation dans l'espace. C'est pourquoi la priode hivernale est spcifiquement accidentogne (notamment pour les pitons).

L'clairage intrieur, un impact conomique et sanitaire ne pas ngliger


La priode automne/hiver est un vritable rvlateur d'une installation d'clairage mal conue. Avec la baisse de vision qui en dcoule, l'clairage des bureaux ainsi que l'clairage chez les particuliers peuvent affecter profondment les individus, avec des consquences sociales et conomiques:

- Baisse de productivit: 15 20 % de notre productivit intellectuelle serait perdue avec un mauvais clairage au bureau. En tout, ce serait 8 % de la productivit totale qui en serait affecte. A titre de comparaison, une tude amricaine montre que le travail de nuit entre minuit et 7 h 00 du matin n'entraine qu'une baisse de 5 % de la productivit des individus). Un clairage adapt diminue, en outre, le risque d'erreur de 30 60 %.

S'il est difficile d'valuer le montant de cette perte de productivit en France, un exemple est souvent cit: celui de la Poste de Reno (Etats-Unis), qui a rnov son clairage dans les annes 50. Rsultat: une productivit qui a augment, value 500000 dollars par an.

- Effets sanitaires: accidents, blessures (mauvaise estimation des distances, visibilit altre), maux de tte, fatigue oculaire, irritabilit Une importance d'autant plus grande lorsque l'on sait que 3 4 % des TMS reconnues comme maladies professionnelles sont attribuables au travail sur cran (cot annuel total: 800 millions d'euros). Un clairage bien conu permettrait de diminuer les accidents du travail de 42 %.

Prsentations projetes lors de la confrence


Cliquez ici pour consulter la prsentation :

-Vision msopique et dimensionnement des installations d'clairage public
Cyril CHAIN,Charg du domaine clairage au Cerema et expert international pour le MEDDE et le METL

-Effets des tempratures de couleurs sur la rponse pupillaire et le confort
Franoise VIENOT, Professeur mrite au Musum National d'Histoire Naturelle - CRCC VISION - CNRS, Chercheur CNRS au Centre de Recherche sur la Conservation des Collections, Museum National d'Histoire Naturelle.
Jean LE ROHELLEC, Chercheur CNRS au Centre de Recherche sur la Conservation des Collections, Museum National d'Histoire Naturelle.

-Eclairage intrieur : comment adapter l'clairage la baisse de lumire et de vision
Richard ZARYKIEWICZ, enseignant et formateur AFE clairage architectural , spcialiste en conception d'clairage etJean-Jaques EZRATI

La presse en parle


- "Dficit de lumire, un poison pour notre sant?"- Handicap.fr / 11 novembre 2014

- Les effets sur l'homme de la baisse de vision et de la baisse de lumire" - Ecollectivits.net / 11 novembre 2014
- "Automne, effets sur l'homme de la baisse de vision et de la baisse de lumire"- Batidoc.com - Batinews.fr - Bativox.com / 11 novembre 2014

Programme


Cliquez ici pour consulter le programme complet.